Pourquoi bien manger aide à sortir de la boulimie ?

bien manger aide à sortir de la boulimieMagali a été longtemps boulimique, elle en est sortie ! Elle nous propose l’article ci-dessous, vous verrez, l’alimentation saine est un des facteurs qui permet d’avancer vers la guérison. Voilà son témoignage et ses précieux conseils : 

La boulimie

La boulimie est un problème qui touche de plus en plus de personnes dans le monde, et surtout dans les pays occidentaux comme la France. Il y a de nombreux facteurs à l’origine de la boulimie. La plupart sont d’ordre psychologique. Mais l’alimentation a également une grande part de responsabilité dans le déclenchement et le maintien de la boulimie. Nous allons étudier dans cet article pourquoi ce dernier point est essentiel pour guérir de la boulimie.

Préambule avec mon expérience d’ancienne boulimique

Ancienne boulimique, je me suis toujours beaucoup intéressée à l’alimentation. Auparavant c’était dans le but de faire des régimes et de perdre du poids, comme toutes les personnes boulimiques. Mais maintenant, c’est plus dans le but de manger des aliments meilleurs pour ma santé, pour être en pleine forme et en bonne santé. J’ai donc pas mal appris de mon expérience et je me suis beaucoup documentée sur ce que je remarquais.

Lorsque j’étais boulimique, j’essayais de manger sainement en dehors des crises de boulimie. Enfin c’est ce que je croyais, car au final je ne mangeais pas bio et je mangeais pas mal d’aliments industriels. De plus, après quelques années de boulimie, j’étais beaucoup plus libre dans ce que je mangeais, mais du coup je mangeais souvent des aliments gras et sucrés, même si c’était en petite quantité. Et, lors des crises, je vous laisse imaginer toutes les cochonneries que je pouvais manger. C’était des paquets de gâteaux, de la brioche, de la confiture, du nutella, de la glace et toutes sortes de choses bien grasses et bien sucrées. 

Puis lorsque j’ai entamé ma thérapie, j’ai pu faire un travail sur moi-même qui m’a permis d’apprendre à m’aimer davantage. J’ai donc commencé à vouloir faire du bien à mon corps et à ma santé, et j’ai appris à manger davantage de produits bio, de fruits et légumes et j’ai testé des recettes en remplaçant les ingrédients d’origine par des ingrédients meilleurs pour la santé comme du miel, du sirop d’agave ou de la farine complète. Je me faisais très souvent plaisir, mais en privilégiant les bonnes choses. 

Quelques mois plus tard, j’ai arrêté définitivement les crises de boulimie. La thérapie a été pour moi la principale raison de ma guérison. Mais j’ai continué à manger bio, beaucoup plus de fruits et de légumes, plus d’aliments complets et j’ai diminué mon apport en viande que j’ai remplacé par du tofu. Et je me suis rendue compte à quel point le fait de manger des aliments plus sains et de ne plus faire de crise de boulimie, donc de ne plus manger des quantités d’aliments très gras et très sucrés, m’ont aidé à me sentir en meilleure forme qu’avant et à ne pas retomber dans les compulsions alimentaires et les grignotages.

Et aujourd’hui, lorsque je mange à nouveau des aliments gras et sucrés, plus industriels et moins digestes, je me sens beaucoup plus fatiguée, un peu déprimée, avec davantage envie de grignoter. Je vais justement vous expliquer pourquoi.

Les aliments gras et sucrés favorisent les compulsions alimentaires

Quand on mange des aliments gras, sucrés et qui sont plus difficiles à digérer, notre corps a besoin de plus d’énergie pour digérer. Et cette énergie utilisée pour la digestion, c’est de l’énergie que nous n’avons pas pour faire autre chose ou pour se sentir en forme. C’est pour ça qu’on est plus fatigué et qu’on a plus envie de dormir. Cela peut même créer un sentiment de déprime, parce que nous manquons d’énergie.

De plus, lorsque nous mangeons des aliments industriels, bourrés d’additifs, de colorants et autres substances chimiques, nous apportons des toxines à notre corps. Ces toxines fatiguent le corps et le rendent plus vulnérable. C’est pourquoi nous avons là aussi l’impression d’être fatigué et mal dans notre peau. 

Un autre élément important que je souhaite vous partager est l’importance de manger essentiellement des aliments à indice faible glycémique. Les aliments à indice glycémique, comme les aliments sucrés et les féculents raffinés, entraînent des pics et des baisses de glycémie importants. Ils ont alors tendance à créer un sentiment de faim assez rapide, qui n’est pas forcément une vraie faim, et cela pousse aux grignotages et aux compulsions alimentaires. De plus, ils ont tendance à fatiguer davantage la personne et à favoriser un sentiment de déprime.

Personnellement, il m’arrive parfois de me trouver sans énergie et envie de rien. Avant je ne comprenais pas pourquoi. Mais maintenant j’ai vite compris que si je me remémore ce que j’ai mangé lors des repas précédents, je me rends compte que c’est souvent parce que j’avais mangé pas mal d’aliments sucrés. C’est pour cela que je favorise maintenant les aliments qui remplacent le sucre comme le sirop d’agave. Vous pouvez lire l’article certains aliments font-ils grossir ? pour en savoir plus sur l’impact de l’indice de glycémie et des produits sucrés sur les crises de boulimie.

Le problème, chez les personnes boulimiques, est que les crises de boulimie se font surtout avec des aliments gras sucrés et industriels. En même temps c’est normal. Ces personnes s’interdisent beaucoup d’aliments, surtout gras et sucrés, deviennent frustrées et compensent leur mal-être en ingurgitant essentiellement les aliments interdits et ceux qui apportent le plus de plaisir gustatif et le plus de réconfort : les aliments gras et sucrés. Et comme souvent, ce sont les produits industriels qui sont disponibles rapidement, c’est ceux-là qu’elles vont manger en premier.

Ainsi, les crises de boulimie ne font qu’aggraver la mauvaise alimentation de la personne. Et comme nous l’avons vu, cette mauvaise alimentation entraîne de la fatigue physique et un sentiment de déprime. Elles ne font donc qu’accentuer le mal-être et la fatigue de la personne boulimique. 

Les régimes à l’origine de la boulimie

En parallèle, une personne boulimique commence bien souvent ses premières crises de boulimie à la suite d’un régime alimentaire. Elle est ensuite tellement dans la culpabilité et la peur de grossir avec ses crises de boulimie, qu’elle va persévérer dans les régimes et dans le contrôle de son alimentation.

Ce phénomène est d’autant plus important que, si une personne est boulimique, c’est en partie parce qu’elle attache trop d’importance à son corps, est trop perfectionniste et ressent trop le besoin de tout contrôler dans sa vie. Ainsi, elle va chercher à avoir le corps le plus parfait possible à ses yeux, c’est-à-dire un corps très mince, voire maigre, sans bourrelet, comme on peut voir dans les magazines.

Pour avoir ce corps parfait, elle va donc contrôler le plus possible son alimentation, enchaîner les régimes, les restrictions et les interdits alimentaires. Elle va donc ressentir parfois de fortes sensations de faim, va privilégier les produits allégés, qui ne sont pas bons pour sa santé, entre autres. Tout cela va créer des dérèglements au niveau de son alimentation, ce qui va favoriser les crises de boulimie.

Attention : Savoir tout de même se faire plaisir

Pour résumer, nous venons de voir que pour se sentir en forme, en bonne santé et plus heureux, il est important d’avoir une alimentation saine avec des produits de qualité, en privilégiant les fruits, les légumes et autres aliments facilement digérés. Mais aussi en réduisant sa consommation de produits gras, sucrés et industriels et en évitant les régimes alimentaires. Cela va ainsi permettre de réduire les besoins de faire des crises de boulimie.

Toutefois, je tiens à signaler un point très important si vous souhaitez absolument diminuer vos crises de boulimie et vos grignotages : il faut savoir se faire plaisir et éviter les interdictions alimentaires.

En effet, nous vivons sur terre pour être heureux. Et le bonheur passe par le plaisir. Manger des aliments qui nous apportent du plaisir est important. De plus, les interdictions vont, au contraire, ne faire qu’augmenter les crises de boulimie. Car la frustration liée aux interdictions créé des tensions intérieures qui finissent par exploser en crises de boulimie. D’ailleurs, une personne boulimique n’aura quasiment aucune chance de guérir si elle continue à faire des régimes et à ressentir des frustrations. 

Quelques conseils pour mieux manger et diminuer les crises de boulimie

  • Si vous souhaitez diminuer vos crises de boulimie et vous sentir mieux dans votre vie, je vous conseille de manger essentiellement des fruits, des légumes, avec un peu de matières grasses mais pas trop pour que ça puisse rester digeste. Choisissez plutôt des aliments bio et de qualité, en préférant le naturel à l’ 
  • N’hésitez pas à manger ce qui vous fait plaisir, même si ce sont des gâteaux et autres produits gras et sucré Mais si possible, mangez-en occasionnellement. A vous de trouver le juste milieu. L’objectif est de ne pas trop en manger, mais suffisamment pour ne pas ressentir de la frustration. Personnellement, il m’arrive de ne pas en manger pendant une semaine, puis parfois j’ai envie de chips et de gâteaux et je vais me faire en plaisir en en mangeant une ou deux portions par jour. Après c’est un ressenti propre à chacun. Mais surtout, le plus important, est de ne pas vous interdire de vous faire plaisir si vous en avais vraiment envie.
  • Quand vous voulez en manger, je vous conseille de les cuisiner vous-même et avec des aliments de qualité, non allégé Par exemple, vous pouvez faire un gâteau au chocolat avec du cacao 100%, remplacer le sucre par du sucre complet, du miel ou du sirop d’agave,… Au moins, quand vous vous faites plaisir, souvent c’est même meilleur au niveau gustatif, et vous mangez des choses meilleures pour votre santé que les aliments industriels. Essayez aussi de diminuer le plus possible le sucre et les aliments à indice glycémique élevés. 
  • Et je le répète, si vous avez envie tout de même de manger de temps en temps des aliments industriels gras et sucrés, ne vous privez surtout pas. L’idéal est de manger essentiellement des aliments meilleurs pour votre santé. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut manger que ç Arrêtez d’être perfectionniste. Plus vous le serez, plus vous allez avoir du mal à guérir de la boulimie. Lâchez prise et faites-vous plaisir si vous en ressentez le besoin.
  • Lorsque vous faites des crises de boulimie, si vous vous en sentez capable, essayez de manger surtout des aliments à indice glycémique pas trop élevé, et avec des produits de qualité, le moins industriel possible. Car il y aura forcément une partie que vous allez ingérer, surtout le sucre, même si vous compensez avec les vomissements ensuite. Les raisons sont exactement les mêmes que ce que je vous ai évoqué pour l’alimentation saine.
  • Faites en parallèle un travail psychologique sur les autres raisons qui font que vous êtes boulimique. Vous aurez beau manger sainement comme je vous le conseille, si vous ne changez pas ce qui ne va pas dans votre vie et vos difficultés comme le manque de confiance en vous, l’importance du regard de l’autre ou encore la difficulté à exprimer vos émotions, vous ne pourrez guérir. Pour cela, je vous conseille d’aller faire un tour sur mon blog Sortir de la Boulimie. Vous y trouverez de nombreuses explications sur les raisons de votre boulimie et des conseils pour en guérir.

Magali Le Roux – Sur son blog : sortir de la boulimie, tous les conseils pour y arriver

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



  1. J’ai lu l’article avec attention; j’ai 62 ans et ai souffert de boulimie/anorexie à l’âge de 16ans, âge ou j’ai commencé à faire des régimes.Je souffrais d’insécurité affective, je voulais être parfaite pour plaire à mes parents. J’ai fait des régimes pendant une trentaine d’années, lu beaucoup de livres sur la santé, la nourriture bio, la naturopathie…suite à un burn out il y a 3 ans, je suis atteinte d’une fibromyalgie; j’ai fait le régime Seignalet sans gluten et petit à petit, j’ai lâché le régime, j’étais frustrée. je me sens plutôt pas mal physiquement, le souci c’est que j’ai beaucoup regrossi!!!
    bon dernier jour de l’année,
    cordialement

    Commentaire par Marie-Joëlle — 30 décembre 2014 @ 22 h 49 min