Pourquoi vos ancêtres n’avaient pas d’acné, et vous oui ?

acnéBien sûr, certains de nos ancêtres ont peut être eu de l’acné, mais rien en comparaison avec ce que nous connaissons aujourd’hui. L’acné, ainsi que les prescriptions de traitements forts type Roaccutane, ont grimpé en flèche au cours de ces dernières années. De plus, l’apparition de l’acné est de plus en plus fréquente chez les adultes. Pourtant, les tribus de chasseurs-cueilleurs restés fidèles à l’alimentation ancestrale, à l’image de nos ancêtres, ne souffrent pas d’acné. 

Pour la plupart des dermatologues, l’alimentation n’aurait pas grand rapport avec l’acné, pourtant c’est exactement l’inverse. L’alimentation est LE facteur déterminant pour qu’une personne développe ou non de l’acné. Le régime alimentaire peut influencer l’acné de multiples façons : en entretenant une inflammation, en apportant des toxines, en étant carencé en éléments nutritifs ou en amenant trop de sucres à index glycémique élevé.

1e raison : le sucre

La consommation de sucre a fortement augmenté au cours du dernier siècle, en 1850, elle se situait autour de 5 kg de sucre par an et par personne, aujourd’hui, on en est à 35 kg par an et par personne.

Quel est le rapport entre le sucre et l’acné ? Pour vous brosser le tableau brièvement : les glucides de mauvaise qualité provoquent des pics de glycémie : ils élèvent rapidement et fortement le taux de glucose dans le sang, ce qui contraint le corps à sécréter de l’insuline. Or l’insuline en excès conduit à de l’inflammation, elle perturbe les hormones androgènes et elle facilite les infections de la peau. 

Le sucre nourrit également le candida albicans, une levure, dont il favorise la prolifération dans le système digestif. Ce qui se passe à l’intérieur se reflète à l’extérieur, ce qui explique que l’acné soit une indication d’un intestin en mauvais état. Le candida et l’intestin abîmé sont deux causes principales de l’acné. Consommer des aliments à index glycémique élevé est un des principaux facteurs aggravant de l’acné.

Vous avez peut être l’impression de ne pas être concerné, mais il y a de grandes chances que le sucre occupe une place plus importante que vous ne le pensez dans votre alimentation. Le piège, ce n’est pas le morceau de sucre que vous mettez (ou pas) dans votre café, c’est toutes les autres formes sous lesquelles il se cache, et en réalité il est partout ! 

2e raison : les toxines

Les intestins, le foie, les poumons, les reins et la peau sont tous des voies d’élimination des toxines, en naturopathie, on les appelle les émonctoires. Lorsque les émonctoires comme le foie et les intestins se trouvent dépassés en raison de mauvais choix alimentaires et de l’arrivée d’une surcharge de toxines, celles-ci seront alors probablement éliminées par la peau, ce qui provoque boutons, inflammations et acné.

Nous sommes bombardés de toxines tous les jours, de l’air que nous respirons en passant par l’eau que nous buvons et la nourriture que nous mangeons. La charge toxique que nous connaissons est bien plus importante que celle des générations précédentes. Quand le corps est surchargé, c’est souvent la peau qui le montre.

3e raison : les déficiences en nutriments

L’alimentation moderne manque de nutriments bénéfiques. Les vitamines A, D et E, de même que le zinc et le sélénium sont indispensables à une peau saine. Les vitamines A et E aident à combattre les radicaux libres, la vitamine A est utile pour réduire la production de sébum, la vitamine D améliore la réponse de l’insuline et le système immunitaire. Le zinc est un minéral souvent déficient chez les personnes souffrant d’acné et une supplémentation en zinc peut améliorer considérablement leur état. Le sélénium agit également un antioxydant et réduit l’inflammation.

Le régime de nos ancêtres était riche en produits alimentaires bruts et non transformés : poissons, viandes, légumes, fruits, oléagineux, etc. Ce devrait être les bases d’une alimentation saine pour éviter l’acné (et les maladies graves).

4e raison : stress et sommeil

Le stress est une composante inévitable de notre mode de vie, il s’assortit aussi d’une durée de sommeil moindre, 1h30 de moins qu’il y a seulement 50 ans… L’acné est largement sous influence hormonale, le stress et le manque de sommeil peuvent ainsi augmenter le niveau d’inflammation et interférer avec les hormones, ce qui crée les conditions qui conduisent à des anomalies dans la structure de la peau et aggrave l’acné.

L’alimentation est LE facteur essentiel dans les maladies modernes, et l’acné en fait partie. Si vous souhaitez vous débarrasser de votre acné sans médicament, procurez vous le livre SOS Peau au naturel, co-écrit avec Julien Kaibeck, il vous donne les clés pour comprendre l’acné et les pistes pour en sortir durablement, ainsi que les formules à base de produits naturels pour soigner votre peau. Pour aller jusqu’au bout de votre démarche et faire disparaitre définitivement votre acné, il vous faut absolument recadrer votre alimentation, rencontrez votre naturopathe pour faire le point et adopter une hygiène de vie adaptée à votre terrain. 

SOS peau au naturel De Annie Casamayou et Julien Kaibeck - Leduc.s éditions
SOS peau au naturel

© Copyright 2014 – Annie Casamayou – http://www.mon-naturopathe.com
Tous droits réservés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



  1. Bonjour,

    J’ai un déséquilibre acido-basique alors que j’ai une alimentation saine (sans gluten, sans lait, pas de sucres raffinés, peu de viande). Je me demandais si cela pouvait venir d’une candidose ? Ce qui me fait penser à ça c’est que j’ai de l’acné, des mycoses chroniques entre les doigts de pieds, un sommeil non réparateur, des fringales sucrées, des douleurs musculaires,… il faut dire aussi que je suis quelqu’un de très stressée !

    Pensez-vous qu’il serait utile que je fasse des irrigations du côlon ?

    Merci d’avance pour vos précieux conseils.

    Cordialement,

    Flora

    Commentaire par Flora — 28 avril 2015 @ 18 h 49 min

  2. En effet, ça ressemble à une candidose… Pourquoi pas les irrigations du côlon, ça peut être très utile. Bon courage !

    Commentaire par Annie — 29 avril 2015 @ 8 h 25 min