la santé au bout des doigts : la digipuncture

La digipuncture

(ou manupuncture) est une technique de guérison d’origine chinoise, qui consiste à presser du bout des doigts (et même parfois des orteils) certains points à la surface de la peau pour stimuler les capacités naturelles d’auto-guérison du corps humain. Sous la pression, ces points (appelés points méridiens dans la médecine traditionnelle chinoise), relâchent la tension musculaire, améliorent la circulation sanguine et renforcent l’énergie vitale du corps (appelée qi) pour favoriser la guérison.

Les douze méridiens (jingluo) sont répartis de façon symétrique dans de chaque côté du corps, sur la face avant et sur le dos. La circulation des méridiens se fait sur les côtés intérieurs ou extérieurs des membres supérieurs ou des membres inférieurs. De fait, chaque méridien exerce une action sur un organe ou sur un viscère. Ces caractéristiques se retrouvent dans les noms des méridiens qui se déclinent au travers de trois éléments : leur position shou (main) ou zu (pied),  leur orientation énergétique (yin ou yang) et le nom de l’organe ou viscère auquel il se réfère.

Les douze méridiens

 ·       Les trois méridiens yin de la main : « shou tai yin fei jing » relié aux poumons, « shou jue yin xin bao jing » relié au péricarde et « shou shao yin xin jing » relié au coeur.

 ·       Les trois méridiens yang de la main : « shou yang ming da chang jing » relié au gros intestin, « shou shao yang san jiao jing » relié au trois réchauffeurs et « shou tai yang xiao chang jing » relié à l’intestin grêle.

 ·       Les trois méridiens yin du pied : « zu tai yin bi jing » relié à la rate,  « zu jue yin gan jing » relié au foie et « zu shao yin shen jing » relié aux reins.

·       Les trois méridiens yang du pied : « zu yang ming wei jing » relié à l’estomac, « zu xiao yang dan jing » relié à la vésicule biliaire et « zu tai yang pang guang jing » relié à la vessie.

L’acupuncture, sa célèbre cousine,  et la digipuncture ont en commun cette théorie des points méridiens (que l’on retrouve également dans le massage shiatsu). La différence entre les deux réside dans la manière de stimuler ces points : l’acupuncture a recours aux aiguilles alors que la digipuncture se pratique en appuyant fermement avec les mains ou les pieds. C’est pour cette simple raison qu’elle est souvent appelée « acupuncture sans aiguilles ». On place le doigt sur l’emplacement du point à stimuler et on pratique un mouvement circulaire

La digipuncture peut soulager les maux de tête, les troubles oculaires, les problèmes de sinus, les torticolis, les maux de dos, l’arthrite, les douleurs musculaires, la tension liée au stress, les ulcères, les règles douloureuses, les douleurs lombaires, la constipation, les indigestions. Elle peut aussi, en favorisant la sécrétion d’endorphine, cette substance chimique qui soulage la douleur, atténuer l’anxiété et améliorer la qualité du sommeil. D’une manière générale, elle aide à redonner au corps son équilibre, le rend plus résistant et favorise sa bonne santé. Elle se pratique sur une simple table de massage chez un praticien formé spécifiquement à ses techniques.

De manière intéressante, la digipuncture considère que les symptômes locaux sont l’expression de la souffrance du corps tout entier, causée par le passage d’énergies négatives. Ainsi, le fait de rediriger l’énergie corporelle vers ces points ne permet pas seulement d’atténuer la douleur, cela rend aussi aux organes (même internes) leur bon fonctionnement.

De plus en plus souvent utilisée en Occident, la digipuncture prévient et soulage efficacement les maladies ou affections liées au stress. Cependant, il faut être prudent quant à sa mise en œuvre, et ne pas exercer de pression excessive lors des premières séances. Cela pourrait avoir des effets néfastes. Il faut ainsi adopter les plus grandes précautions avec les femmes enceintes ou les patients présentant des lésions importantes de la peau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Aucun commentaire.