Votre déo est-il toxique ?

deodorantTop 5 des ingrédients toxiques qui peuvent se cacher dans votre déodorant

Aluminium

En bouchant les pores, les complexes aluminium-chlore et les sulfates empêchent l’élimination de la sueur. Ce qui provoque des inflammations graves et peut léser les glandes sudoripares. L’aluminium est aussi suspecté de favoriser le cancers du sein pour les femmes, le cancer de la prostate pour les hommes, mais le débat n’est pas encore clos car aucune étude n’a pu en apporter la preuve définitive.

Parabènes

De gros doutes planent sur les parabènes et leur propension à perturber l’équilibre hormonal, ce qui conduirait à une puberté précoce et à un risque accru de cancers hormono-dépendants. Leur utilisation est aussi corrélée pour les femmes enceintes à des risques plus élevés de malformations à la naissance. Méfiance, la mention « Sans parabènes » est souvent utilisée comme argument publicitaire, un parabène peut être remplacé par d’autres composés hautement allergisants. 

Propylene glycol

Utilisée dans les déodorants anti traces blanches, cette substance pourrait affecter gravement le système nerveux, le foie et le coeur.

Phtalates

Ces molécules ont été associées chez l’animal à des lésions du foie et des reins. Prises pendant la grossesse, elles sont toxiques pour le foetus et le risque de malformation à la naissance est élevé, elles augmentent également le risque de mutation cellulaire.

Triclosan

Utilisé comme antibactérien, il est classé comme un pesticide aux Etats-Unis, dans la liste des substances probablement cancérigènes. Il pourrait altérer les fonctions musculaires et favoriser la résistance à certains antibiotiques.

La meilleure alternative

La pierre d’alun à 100% de potassium d’alun est parfaite pour moi. Elle n’évite pas la transpiration, ce qui ne contrarie pas les phénomènes naturels d’auto-régulation de la peau.  Mais elle est efficace contre les bactéries, donc aucune mauvaise odeur. En plus, elle est hémostatique (elle arrête les saignements), ce qui la rend indispensable après le rasage pour éliminer tout risque d’infection et pour soigner les petites coupures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



  1. bonjour,
    je découvre votre site que je trouve ravissant. il est très frais et très féminin. je suis actuellement une formation en naturopathie pour être conseillère en hygiène et santé. J’ai donc révolutionné mes placards (vu qu’en plus je me suis découverte intolérante au gluten…). Je voulais juste dire que j’ai troqué mon déo contre de l’huile essentielle de palmarosa. 1 goutte sous chaque aisselle après la douche, et je sens bon toute la journée !
    Mais attention: 1 goutte c’est 1 goutte. en mettre plus ne servirait qu’à provoquer une éventuelle intoxication. Comme on dit en naturopathie: ça n’est pas parce que c’est naturel que c’est sans danger. la juste mesure, et c’est tout.
    voilà… bonne journée.
    Véronique.

    Commentaire par göbel — 25 juillet 2013 @ 9 h 42 min

  2. Bonjour, Merci pour toutes ces précisions intéressantes à connaitre. Malgré tout, je pense que la pierre d’alun reste de l’aluminium et n’est pas bonne pour la santé. Je préconise l’huiles essentielle de palmarosa par exemple. Une goutte sous les aisselles tous les matins. Si l’odeur est désagréable, on peut faire un petit mélange avec, par exemple une huile essentielle de citron. Et tout bio tant qu’à faire !

    Commentaire par Céline — 2 septembre 2013 @ 19 h 43 min

  3. oui, très bonne idée l’HE de palmarosa. Mais il existe 2 qualités de pierre d’alun : celle d’alun de potassium et celle d’alun d’aluminium. Il faut choisir celle au potassium. 🙂

    Commentaire par Annie — 4 septembre 2013 @ 9 h 04 min

  4. A partir de ces nouvelles données se pose de nouveau la question : « Et la pierre d’alun dans tout ça ? », en effet elle fait partie de ce rapport d’évaluation puisque c’est un sel d’aluminium.

    Elle soulève d’autant plus d’inquiétudes dans les salons et magasins bios puisqu’elle est présentée comme une alternative plus naturelle aux déodorants.

    Premier constat toutes les pierres d’alun ne sont pas de même qualité. Elles peuvent être naturelle (issue de l’extraction), naturelle reconstituée, ou synthétique.

    La vraie question, quel qu’en soit la qualité, est de savoir si l’aluminium contenu dans cette pierre pénètre la peau pour se retrouver dans l’organisme.

    La réponse est pour le moins technique.

    Grâce au Professeur Roger Deloncle, chercheur spécialisé depuis longtemps dans la toxicité de l’aluminium j’ai pu comprendre le cheminement que la pierre d’alun va vivre à l’abri de nos aisselles.

    Tout d’abord ce sel d’aluminium (la pierre d’alun naturelle est un sulfate d’aluminium et de potassium) va se dissoudre dans la sueur.

    Au pH de la sueur l’aluminium va alors former un bouchon d’hydroxyde d’aluminium qui obture les pores. Et là une question se pose au passage, est-il bien naturel de boucher les glandes sudoripares pour empêcher la sueur?

    A cette étape la sueur bloquée derrière le bouchon va commencer à dissoudre l’aluminium car elle contient un dérivé de l’acide lactique (les ions lactates).

    Le lactate d’aluminium ainsi formé va alors solubiliser l’aluminium qui passera vers l’organisme.

    Je vous propose une autre alternative qui je suis sure vous passionnera, un déo maison, recette sur mon blog.

    Commentaire par autre — 12 septembre 2013 @ 13 h 45 min