SOS Peau au naturel : apaiser la couperose

couperosePour compléter l’article de mon ami Julien Kaibeck avec qui j’ai écrit SOS Peau au naturel, paru aux éditions Quotiden Malin, je vous propose un post sur la couperose, les rougeurs et leur approche en naturopathie.

Vous trouverez ci-dessous des extraits du livre : les conseils d’hygiène de vie et les consignes de soins pour apaiser et prévenir la couperose, mais je vous invite à consulter le chapitre entier du livre, bien plus complet notamment sur l’approche dermocosmétique.

Un livre pour soigner les dermatoses et autres bobos de la peau au naturel

La couperose, c’est quoi ?

La couperose touche environ 15% de la population, et plus particulièrement les femmes (3 femmes pour 1 homme) au teint clair. Elle se caractérise par une rougeur sur certaines zones du visage : les joues, le nez, la zone médiane et parfois le menton. D’abord, les petits vaisseaux du visage se dilatent en passant brutalement du froid au chaud et donnent le feu aux joues, c’est le « flush ». Au bout de quelques instants, la rougeur disparaît, mais pas toujours. Car avec le temps et à force d’agressions, les petits vaisseaux perdent de leur élasticité et les rougeurs diffuses deviennent permanentes, c’est l’érythrose. Puis, les vaisseaux finissent par former des lacis rouges visibles par transparence – les télangiectasies – sur les ailes du nez, les joues ou le menton.

Concrètement, la couperose concerne les peaux fines et hypersensibles, celles-ci sont facilement irritables car leur seuil de tolérance est bas et elles présentent des réactions exagérées vis-à-vis des agressions de l’environnement. Sans que l’on puisse en déterminer l’origine, il y a chez elles une anomalie de la régulation de la température du visage à cause de la fragilité des capillaires, les vaisseaux les plus fins de l’organisme. Ces capillaires ont à s’adapter sans cesse à l’environnement et agissent comme un véritable thermostat. Ainsi, ils subissent d’importantes variations de diamètre pour réguler le flux sanguin en fonction de la température et peuvent finir par éclater et devenir visibles sous la peau.

La couperose est considérée comme une potentielle première manifestation de la rosacée, car les mêmes phénomènes vasculaires en sont la cause. Pourtant, cela ne signifie pas que l’évolution de la couperose vers des problèmes plus conséquents comme l’acné rosacée soit inéluctable. Absolument pas ! Au stade léger, quand les rougeurs surviennent de façon épisodique, certaines mesures simples les empêcheront de devenir permanentes.

Nota bene pour ne pas être déçu !

Si la couperose est installée avec des rougeurs permanentes, le phénomène est irréversible et des soins ciblés limitent le préjudice esthétique. Au stade des télangiectasies, la régression n’est plus possible, seuls des traitements au laser ou par électrocoagulation peuvent les faire disparaître. La prévention est dès lors essentielle afin d’éviter l’exacerbation des symptômes.

Facteurs déclencheurs

Afin d’éviter les rougeurs, il n’y a pas de secret, il faut apprendre à repérer les facteurs déclencheurs pour mieux les esquiver :

  • Le soleil et la chaleur : Appliquez une crème solaire au facteur de protection moyen ou élevé (15 à 30) quand vous êtes à l’extérieur, en été portez un chapeau à large bord. Plus que les UV, c’est la chaleur qui provoque une dilatation importante des capillaires, un brumisateur d’eau thermale est votre meilleur allié pour vous rafraîchir rapidement le visage. Évitez le sauna ou le hammam, ainsi que les bains ou douches trop chauds.
  • Le vent et le froid : Ils mordent la peau et ont tendance à faire éclater les petits vaisseaux. Protégez-vous autant que possible le visage avec une écharpe, et une crème un peu plus protectrice (riche en graisses végétales de qualité, un peu occlusives, type coco-karité…) lors des intempéries.
  • Les écarts de température : Passer du froid au chaud ou vice versa crée une perturbation et demande une élasticité des vaisseaux sanguins qui peut conduire peu à peu à une insuffisance vasculaire. Respectez si possible des paliers progressifs pour ne pas faire subir aux capillaires un choc brutal.
  • Les excitants : Café, alcool, tabac peuvent entraîner une dilatation des vaisseaux, responsable de l’exacerbation des rougeurs. Evitez-les.
  • Les plats ou les boissons trop chauds et les mets épicés : Ils élèvent la température interne et peuvent être à l’origine des flushes. Mangez et buvez tiède.
  • Le stress : Pas évident à gérer, mais c’est possible. Adoptez la respiration abdominale et la mindfulness.
  • Les facteurs hormonaux de la ménopause : passage obligé, mais ces facteurs sont susceptibles d’aggraver la couperose, les bouffées de chaleur favorisent nettement le développement des lésions vasculaires.
  • Certains médicaments : Évitez notamment les vasodilatateurs ou la cortisone (en accord avec votre médecin évidemment).
  • Les cosmétiques irritants : Ils doivent être bannis si ils contiennent parfum de synthèse, BHT, PEG, PPG, EDTA, phenoxyethanol, alcool (tout type d’alcool gras ou transformé), sodium laureth sulfate, etc… Idem pour les formules naturelles contenant trop de molécules aromatiques aldéhydées (type citronnelle, verveine…).

Le point de vue de la naturopathie

Les causes de l’apparition de ces petits vaisseaux dilatés sont nombreuses. Parmi elles, il faut évoquer les phénomènes internes de mauvaise digestion qui provoqueraient des poussées congestives au niveau du visage.

Beaucoup de problèmes digestifs sont dus à une mauvaise mastication et à une constipation. Il s’agit alors d’éviter les repas trop copieux, de prendre le temps de bien mâcher et de mettre l’accent sur les aliments riches en fibres et en antioxydants : céréales semi-complètes bio, fruits frais et légumes de saison. Il sera bénéfique de pratiquer une cure de détox des intestins et/ou du foie.

Il est aussi recommandé de renforcer le système capillaire veineux. Souvent, des jambes lourdes ou des varices, signe d’une insuffisance veineuse globale, sont associées à la couperose. Certaines plantes ont une action sur la circulation sanguine et contribuent à atténuer la couperose : la vigne rouge, le mélilot, le marron d’inde et le fragon.

La dermocosmétique de la couperose

Si votre couperose est naissante, il est possible d’adopter une dermocosmétique sur mesure afin de prévenir l’apparition de télangiectasies disgracieuses ou de rosacée sur le long terme. Une alimentation revue, un nettoyage et surtout une hydratation de la peau seront au programme.

Si en revanche votre couperose est installée (petites veinules bien apparentes), il ne faudra pas espérer l’effacer avec la dermocosmétique. Votre dermatologue vous proposera peut-être l’électrocoagulation qui reste un procédé des plus efficaces. Rien ne vous empêche cependant d’adopter les gestes préventifs pour la suite…

Étape 1 : bien démaquiller, nettoyer et tonifier au quotidien

Arrêtez le savon et les produits moussants trop alcalins et desséchants, ne laissez pas non plus l’eau de la douche ruisseler sur le visage. Le démaquillage ne doit pas être irritant, n’utilisez aucun produit avec alcool ou parfum. Enfin, les exfoliants en grains trop décapants sont à proscrire. Ne frottez jamais trop vigoureusement votre peau quel que soit le soin que vous lui prodiguez.

Pour vous démaquiller, évitez les disques de coton, non seulement ce n’est pas très écolo, mais cela peut aussi être trop agressif. Du bout des doigts, appliquez directement une huile végétale d’amande douce ou de noyaux d’abricot ou essayez le liniment oléo-calcaire : il désincruste les résidus du maquillage sans abîmer le film hydrolipidique. Passez ensuite un coton imbibé d’hydrolat ou une éponge humide essorée pour essuyer. Pour nettoyer le visage en profondeur mais doucement, pas plus de 2 fois par semaine, adoptez l’argile blanche ou rose : déposez dans la main 1 cuillère à café d’argile et ajoutez un filet d’eau pour obtenir un lait. Appliquez le mélange sur le visage en massant délicatement. Rincez à l’eau avant de sécher à la serviette.

Tonifiez avec de l’hydrolat d’hamamélis astringent, ou un hydrolat au choix parmi ciste, immortelle (hélichryse italienne), camomille allemande. Vaporisez directement sur le visage et sécher en tamponnant délicatement.

Étape 2 : traiter les zones sensibles

Matin et soir, un soin à base d’huiles végétales et essentielles, renforçant le réseau sanguin et prévenant l’inflammation, est indiqué. L’idée est d’appliquer sur les zones sensibles quelques gouttes d’un sérum huileux pénétrant, avant d’appliquer sa crème.

La recette du sérum de Julien Kaibeck.

Étape 3 : hydrater et protéger

Reste à appliquer votre crème de jour ou de nuit. Une bonne hydratation permet de mieux lutter contre les agressions extérieures. Vous pouvez choisir de remplacer vos produits conventionnels par une huile ou un beurre végétal riche en acides gras essentiels protecteurs ou d’optimiser votre crème préférée avec une huile essentielle.

En cas de couperose, choisissez votre crème de jour ou de nuit avec soin. Tentez de sélectionner une crème certifiée bio dont la formule contient, parmi les cinq premiers ingrédients, au moins deux huiles végétales protectrices de qualité (argan, chanvre, carthame, calophylle, calendula, amande douce…).

Vos amies :

  • L’huile essentielle d’immortelle (hélichryse italienne) étant un must pour la circulation sanguine, vous pouvez en toute simplicité incorporer dans votre pot de crème favorite (50 g) une dizaine de gouttes.
  • L’huile végétale de chanvre est un incontournable des soins contre la couperose. Cette huile sèche favorise la microcirculation et atténue les rougeurs. Elle peut remplacer votre crème de jour ou de nuit si vous aimez l’idée d’un massage du visage à l’huile. Déposez alors 4 à 5 gouttes d’huile dans la paume des mains, frottez les l’une contre l’autre pour la faire chauffer et appliquez sur tout le visage et le cou.
  • Quand l’hiver est rude, votre crème de jour habituelle n’est peut-être pas suffisante pour protéger la peau. Le beurre de karité plus riche et plus occlusif sera votre meilleur allié, surtout en cas d’activités extérieures. Prélevez une noisette avec les doigts et frottez vos mains pour la faire fondre. Appliquez en léger massage, laissez bien pénétrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



  1. Bonjour
    j’ai une question concernant le serum, peut-il avoir des effets négatifs s’il est utilisé sur une peau non couperosée ?
    merci
    melanie

    Commentaire par melanie — 11 janvier 2016 @ 16 h 32 min

  2. Bonjour, que pensez vous du sérum n 2 d Oleassence spécial couperose et Rosacee ?
    Merci pour votre avis,

    Commentaire par Céline — 20 août 2016 @ 15 h 40 min

  3. Je ne le connais pas.

    Commentaire par Annie — 24 août 2016 @ 17 h 04 min

  4. Bonjour,
    Concernant la crème de jour j’ai beaucoup de mal à en trouver une qui contient les ingrédients dont vous parlez en auriez vous une à me conseiller s’il vous plaît. Merci de votre réponse.

    Commentaire par Mo — 14 novembre 2016 @ 5 h 35 min

  5. Désolée, je ne connais pas les crèmes du commerce, je fabrique mes produits moi même.

    Commentaire par Annie — 14 novembre 2016 @ 13 h 20 min